PPDA accusé par plus de 20 femmes d’abus sexuels

Vingt femmes se sont manifestées pour accuser ouvertement l’une des présentatrices d’actualités télévisées les plus connues de France de harcèlement et d’abus sexuels – y compris de viol – à la suite d’une enquête menée par des journalistes français.

Patrick Poivre d’Arvor – connu sous le nom de PPDA – a fait face à un certain nombre d’accusations qui ont émergé après qu’un écrivain s’est rendu pour la première fois à la police pour l’accuser de viol, en février de l’année dernière. L’enquête a ensuite été abandonnée. Le présentateur de nouvelles a répondu en annonçant le mois dernier qu’il intentait une action en justice contre 16 femmes qui avaient parlé à des détectives pour “dénonciation calomnieuse”.

Mardi, le site d’investigation Mediapart a interrogé 18 femmes – 16 d’entre elles se préparaient à être nommées et filmées pour l’émission PPDA : 30 ans de silence, et deux qui étaient présentes mais se cachaient le visage. Deux autres victimes présumées ont été nommées et filmées en train de parler de leurs rencontres avec la star de la télévision séparément.

La majorité des infractions sexuelles alléguées, qui auraient commencé en 1980, sont aujourd’hui hors délais de poursuites pénales en droit français. Deux des victimes présumées, aujourd’hui âgées de 28 à 63 ans, étaient mineures à l’époque. Bon nombre des agressions présumées auraient eu lieu dans le bureau du présentateur de la chaîne de télévision après qu’il eut fini de lire les informations aux heures de grande écoute.

Poivre d’Arvor, 74 ans, a toujours nié tout acte répréhensible et a insisté sur le fait que ses relations avec les femmes étaient consensuelles et s’inscrivaient dans un rituel de “séduction” sans violence ni contrainte. Il a qualifié les allégations de “fausses du début à la fin”.

Une enquête préliminaire de police a été ouverte en février de l’année dernière lorsque l’écrivain et journaliste Florence Porcel, 38 ans, a accusé Poivre d’Arvor de deux chefs de viol en 2004 et 2009. L’enquête a été abandonnée quatre mois plus tard car un juge a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves sur de part et d’autre de porter plainte et les allégations ont dépassé le délai légal. Cependant, la couverture médiatique de l’accusation de Porcel a conduit 22 autres femmes à se présenter pour témoigner à la police.

Dix-sept d’entre eux ont porté plainte, dont huit alléguant un viol, mais les affaires ont dépassé le délai de poursuite prévu par la loi française et n’ont pas été poursuivies. Trois autres cas sont en cours d’instruction. La journaliste de Mediapart, Marine Turchi, a déclaré que les femmes ne s’étaient pas rencontrées en groupe avant l’enregistrement de l’émission et que la plupart n’avaient jamais parlé publiquement auparavant. La plupart d’entre eux ont déclaré qu’ils n’avaient pas parlé au moment des agressions et des viols présumés – sauf dans certains cas à leur famille et à leurs amis – parce qu’ils craignaient de ne pas être crus ou que cela nuise à leur carrière.

Nonce Paolini, l’ancien directeur général de TF1, qui a mis fin au contrat de Poivre d’Arvor en 2008, a déclaré à Mediapart qu’il n’avait pas eu connaissance des allégations d’abus et de harcèlement, qu’il a qualifiés de “révoltants”. « Si nous avions su quoi que ce soit, il y aurait eu une punition. Évidemment, nous ne le savions pas », a-t-il déclaré. Paolini a ajouté: “Je veux dire à ces femmes que leur souffrance ne peut laisser personne indifférent, surtout pas moi, ni en tant qu’homme, ni en tant qu’ancien chef [de l’entreprise]. J’espère qu’ils pourront faire examiner leur cas par les tribunaux. Porcel a déclaré que les femmes avaient formé un groupe de soutien. « Nous voulions montrer que nous sommes unis, que nous sommes solides, que nous affrontons cela ensemble et que Patrick Poivre d’Arvor ne nous fait plus peur. Il semble également important de dire que je suis toujours debout et que j’ai l’intention de continuer à rester debout. Porcel va intenter une nouvelle action en justice contre Poivre d’Arvor.

L’enseignante Margaux Coquil-Gleizes a décrit comment elle a rencontré Poivre d’Arvor à l’âge de 17 ans et romancière en herbe. Elle a dit qu’il l’avait invitée dans sa chambre d’hôtel. “J’étais jeune, naïf, impressionnable, flatté de l’attention que Poivre d’Arvor allait porter à mon écriture.” Une fois dans la chambre, elle a dit que la star de la télévision “m’a poussée sur le lit, il s’est déshabillé, il m’a enlevé mes vêtements et m’a pénétrée. A l’époque j’étais paralysé. Il m’a fallu très longtemps pour réaliser que c’était un viol par surprise. La journaliste Justine Ducharne a déclaré qu’elle ne voulait pas discuter des détails de ce qui lui était arrivé mais l’a décrit comme “une horreur”.

L’an dernier, Poivre d’Arvor accusait les femmes de se retrancher derrière l’anonymat. “Personne n’a osé se présenter, face à face, pour me dire que ce que j’ai fait n’était pas acceptable.” Il n’a pas accepté l’invitation de Mediapart à participer à l’émission de deux heures. Dans sa plainte en diffamation de 43 pages contre 16 de ses accusatrices, Poivre d’Arvor a déploré “un retour du puritanisme et de la censure savamment déguisés en supposée protection des femmes”. Il a déclaré: “Depuis l’excitation générée par la vague #MeToo, la libération de la voix des femmes a malheureusement eu son lot d’excès et d’abus.”

Il a également affirmé que les femmes cherchaient la gloire et la vengeance. “Aucun crédit ne peut être accordé à ces 16 femmes, journalistes ou écrivains en quête de notoriété qui sont devenues des féministes soudaines pour soutenir une ancienne collègue, une amie, ou même une simple militante de la cause des femmes”, a-t-il déclaré. “Il s’agit de vengeance de la part de femmes qui n’ont pas reçu plus de considération, ni même un regard, d’un homme qu’elles admiraient autrefois. « [Cela] rend aujourd’hui très amers les répondants rejetés ou ignorés, amertume qui les conduit à commettre, par vengeance tardive, le crime de dénonciation calomnieuse. “Nous aurions aimé qu’il s’exprime et nous lui avons demandé de le faire, mais il a refusé”, a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.