Thomas Pesquet détaille sa vision pour la stratégie spatiale européenne

L’astronaute français Thomas Pesquet a exhorté l’Europe à profiter de l’élan créé par sa nouvelle unité diplomatique et à “commencer à agir maintenant” pour développer ses propres capacités en matière de vols spatiaux habités.

L’ingénieur et pilote , âgé de 44 ans, a récemment achevé sa deuxième mission à bord de la Station spatiale internationale dans le cadre de la mission Crew-2 de la NASA et de SpaceX. Il est sans doute le plus en vue des astronautes européens, en plus d’être une célébrité en France.

Bien qu’il fasse depuis longtemps l’éloge de la coopération internationale dans l’espace et qu’il soit toujours en lice pour aller sur la Lune dans le cadre des missions Artemis dirigées par la NASA, M. Pesquet a déclaré qu’il était essentiel que les dirigeants européens accordent à l’Agence spatiale européenne (ESA) le financement et le mandat dont elle a besoin pour lancer ses propres personnes.

“Ce sujet prend de l’ampleur maintenant”, a-t-il déclaré à l’AFP au siège de la NASA à Washington.

“A la fin des années 80 et au début des années 90, nous avions cet objectif de devenir plus indépendants en ce qui concerne l’accès à l’espace pour les humains, et puis ça n’a pas marché. Plusieurs choses se sont produites, l’Allemagne a dû se réunifier, ils ont dû réorienter les budgets, etc.”

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a maintenant unifié les États membres de l’Europe, autrefois fractionnés, et Thomas Pesquest a déclaré qu’il espérait que les pays membres de l’ESA capitaliseraient sur le poids grandissant du continent.

“Ces sujets comme la diplomatie européenne, la défense européenne reviennent sur la table, et une partie de ce processus est également l’accès humain indépendant à l’espace”, a-t-il affirmé. Actuellement, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposent d’une capacité de lancement autonome, tandis que l’Inde cherche à acquérir la même chose.

Une option potentielle pour l’ESA est de lancer un équipage via un vaisseau spatial fixé à la fusée Ariane 6, qui est actuellement en cours de développement et devrait faire son premier lancement depuis la Guyane française, d’ici la fin de l’année. “Nous devons commencer à bouger maintenant, car les cycles de développement sont longs. Vous ne voulez pas que cela se produise dans 15 ou 20 ans”, a-t-il déclaré.

M. Pesquet a également tenu à repousser l’idée que l’essor du secteur spatial commercial privé rendait les agences spatiales nationales obsolètes. “Il y a une perception générale parmi le public que le secteur privé, ou Elon Musk, ou SpaceX, mènent la barque, ce qui n’est pas vrai du tout.”

En fait, dit Pesquet, l’industrie privée a toujours été impliquée – de la construction de la navette spatiale aux fusées Ariane. “Ce que nous avons fait maintenant, c’est leur donner plus d’autonomie et leur dire : “Hé, nous avons besoin de ce service. Vous fournissez le service à un coût efficace”, ce qu’ils ont fait.”

Musk fait peut-être la une des journaux pour ses annonces grandiloquentes sur la colonisation de Mars, mais “les petits caractères disent que lorsque toutes les agences auront réuni le budget nécessaire pour aller sur Mars, c’est le secteur privé qui fournira le matériel”, a déclaré M. Pesquet.

Bien que le secteur privé apporte un nouveau niveau de rapidité et d’innovation, M. Pesquet a déclaré qu’il y avait quelques défis à relever, par exemple pour travailler avec les citoyens privés qui paient leur billet et qui visitent maintenant l’ISS de plus en plus fréquemment.

“Si vous mélangez les astronautes professionnels… et les participants aux vols spatiaux, cela a évidemment un impact sur le travail que nous faisons, parce que nous devons nous occuper d’eux, parce qu’ils sont moins formés, ils ont moins d’expérience à bord”, a-t-il déclaré, ce que les agences devront prendre en compte à l’avenir.

En espérant que les politiques l’écoutent.. et décident d’un programme commun pour les vols habités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.