Laurent Gerra

Laurent Gerra est un imitateur, humoriste, acteur et scénariste français, né à Bourg-en-Bresse le 29 décembre 1967. (Ain). Il s’est fait connaître pour ses imitations sarcastiques d’hommes politiques et de célébrités du monde du spectacle et des médias.

Biographie

Fils d’une vendeuse de linge et d’un employé d’une entreprise de transport. “Quand je suis né, ils avaient tous les deux 20 ans. C’était un jeune couple de Français “typiques”, dans le sens où ils étaient anti-establishment et athées “”Je préfère évoquer les arômes et les parfums de mon enfance paysanne”, dit le comédien. “Nous allions chercher des narcisses, des mûres, des cèpes et des morilles sur le versant des montagnes adjacentes. Nous profitions de vues incroyables sur la région après avoir atteint le sommet ; c’étaient des promenades fantastiques ! Chaque année, nous allions voir passer le Tour de France, la caravane, les cyclistes qui foncent, c’était magique1 !

Cet enfant solitaire a commencé à imiter Michel Sardou, Jacques Dutronc et certains personnages de La Petite Maison dans la Prairie dès l’âge de cinq ans. Malgré son tempérament calme, il n’aimait que modérément l’école : “Les ordres des professeurs étaient trop lourds à supporter pour moi. J’étais toujours près du radiateur, vers le fond de la classe, dissipant mes camarades. Laurent Gerra commence des études de communication et d’information en 1985 [précision nécessaire].

Bien qu’il soit physiquement apte, il a pu éviter le service militaire en exagérant le trait lors des examens psychologiques. Gerra a dit au médecin militaire, qui avait prévu la manœuvre, qu’il commençait à faire des spectacles (à Lyon) et qu’il voulait aller à Paris. Après cela, le médecin accepte de l’aider en gardant le diagnostic de ” dépressif avec risque de passage à l’acte. “

Il fait ses premiers pas sur scène alors qu’il est étudiant à Lyon, dans des cabarets et des soirées officielles. En 1989, il fait ses débuts au Café-Théâtre de l’Accessoire à Lyon, avec une présentation intitulée “Paf dans la gueule !”.

Il se rend à Paris en 1991 pour travailler au cabaret Don Camilo. Il fait ses débuts à la télévision dans l’émission La Chance aux chansons de Pascal Sevran le 17 décembre 1991, par courtoisie pour Mick Micheyl, et rencontre Virginie Lemoine, une jeune humoriste déjà connue : “Dans le métier, j’étais un peu privilégié. Au moment opportun, j’ai rencontré les bonnes personnes.

Il commence à travailler avec Jacques Martin dans l’émission Ainsi font, font, font, où il rencontre Laurent Ruquier, un autre nouveau venu. Laurent Ruquier le sollicitera plus tard pour faire partie de son spectacle Rien à cirer, qui a duré de 1992 à 1996. (Julien Clerc est invité à y participer pour la première fois le 19 janvier 1992).

Au cours de l’année 1992, il est réintroduit à la télévision. Il apparaît aux côtés de Virginie Lemoine dans l’émission de Jacques Martin, Ainsi font… En 1994, le duo quitte l’animateur phare du dimanche pour rejoindre Michel Drucker au Studio Gabriel, où il se fait connaître en France. Il imite sarcastiquement Johnny Hallyday, démontrant ainsi qu’il n’est pas particulièrement intelligent. Offensé, le rockeur a appelé Michel Drucker en pleine nuit à de multiples reprises pour “écraser la gueule” de Gerra.

En 1997, ils font leurs débuts sur scène au théâtre Déjazet, ainsi qu’au Casino de Paris. Ils remportent le Molière du meilleur spectacle à sketches quelques mois plus tard. Gérard Courant l’a filmé en 1997 pour sa série de films Cinématon. C’est la 1843e histoire de ce recueil.

Laurent Gerra rompt avec Virginie Lemoine en 1997 et rejoint Europe 1, où il retrouve son coscénariste et compagnon Jean-Jacques Peroni dans l’émission En route vers l’an débile. L’émission connaît un grand succès et apporte environ 1 300 000 nouveaux auditeurs à la station de radio. Il quitte Europe 1 à la mi-1999. En janvier 2001, il commence une chronique quotidienne de cinq minutes sur RTL avec Jean-Jacques Peroni à 8h30.

En février 2001, il revient sur les planches et voyage pour la première fois depuis 18 mois, déclarant : ” La scène est ce que je préfère. ” Il est seul sur la scène de l’Olympia pour la première fois à la fin de l’année 2002. En 2005, il revient en France avec son one-man-show Laurent Gerra flingue la télé pour une tournée qui dure jusqu’en 2007. Elle passe par le Liban, Tahiti, Nouméa, Djibouti et les Antilles.

Le 15 janvier 2007, il revient à la radio sur RTL avec son coscénariste de toujours, Jean-Jacques Peroni, dans la chronique Le Grand Juron (un hommage à la mythique émission de radio et de télévision Le Grand Jury). Laurent Gerra, humoriste et imitateur, revisite l’actualité à sa manière dans le journal de Patrick Cohen à quelques mois de l’élection présidentielle.

Laurent Gerra fête son quarantième anniversaire sur la scène du Palais des Congrès de Paris, dans un spectacle initialement intitulé Laurent Gerra flingue la télé et la politique (changé ensuite en Laurent Gerra flingue en musique), accompagné par le Big-Band de Fred Manoukian, avec vingt musiciens sur scène, dont le fidèle pianiste de Laurent Gerra, David Mignot.

Selon ce dernier, l’artiste a dû prendre une année de repos en 2008. Malgré cela, il a joué Laurent Gerra flingue en musique à l’Olympia le 1er avril 2008, dans le cadre du festival Paris fait sa comédie. La tournée nationale de Laurent Gerra, qui se déroulera d’octobre à décembre 2008 et comprendra dix concerts à l’Olympia, reprendra finalement.

Il revient sur RTL le 1er septembre 2008, pour une nouvelle quotidienne intitulée “Un doigt dans l’Actuel”. L’imitateur est flanqué de deux nouveaux auteurs, ses copains Albert Algoud et Éric Laugérias, fidèles résidents des Grosses Têtes de Philippe Bouvard, en plus de son collaborateur Jean-Jacques Peroni.

Laurent Gerra rejoint l’émission Pif Paf sur Paris Première en tant que chroniqueur le samedi 13 juin 2009. Laurent Gerra honorera ses vingt ans de carrière sur la scène du Palais des Congrès de Paris le 19 juin 2009. RTL retransmet l’émission en direct. Il officie sur RTL du lundi au vendredi à 8h45 depuis le 6 juillet 2008, d’abord avec Vincent Parizot, puis avec Laurent Bazin du 27 août 2012 à 2015, et ensuite avec Yves Calvi.

Il a rencontré beaucoup de succès avec ses rendez-vous à l’Olympia vers la fin de l’année 2012. Avec l’élection de François Hollande, ce nouveau numéro a évolué : il a pu répliquer les mimiques du nouveau président pendant cinq minutes sans dire un mot. Les vingt-cinq ans de carrière de Laurent Gerra ont été reconnus en mai 2014 sur la scène du théâtre du Châtelet, accompagné par l’orchestre exceptionnel de Frédéric Manoukian. Les 23, 25, 26 et 27 décembre 2014, il se produira avec le magnifique orchestre de Frédéric Manoukian, composé de vingt-sept musiciens, au Palais des Sports de Paris.

Laurent Gerra, habitué de RTL depuis 2007, fêtera sa 2 500e chronique humoristique le 20 novembre 2017, accompagné d’Yves Calvi et de Jade. Jade a joué Valérie Trierweiler, Angela Merkel, Carla Bruni-Sarkozy, Bernadette Chirac, Nathalie Arthaud, Cristina Córdula, Marion Maréchal-Le Pen, Jeannie Le Pen, Marie D’Herbais (co-présentatrice du vlog de Jean-Marie Le Pen), France Gall, Maryse Corson (co-présentatrice de l’émission de téléachat avec Pierre Bellemare), Nolle Albert Algoud fait également une apparition pour traduire Barack Obama, Hu Jintao, Xi Jinping, et Vladimir Poutine.

Le cinquantième anniversaire de Laurent Gerra est célébré à la télévision le 29 décembre 2017, dans une émission animée par Michel Drucker qui propose des imitations, des images d’archives et des duos avec des chanteurs. Cette soirée marque le début de la tournée des cinquante ans avec le spectacle Sans modération, que l’imitateur interprète dans plusieurs salles parisiennes et lyonnaises, notamment celles où il a commencé sa carrière, comme le Théâtre des Deux-nes, la Salle Molière et le Théâtre des Célestins, avant de partir en tournée dans toute la France.

Laurent Gerra a collaboré avec le dessinateur Morchoisne et l’éditeur-auteur Jean-Louis Festjens sur une série d’albums à succès depuis 1999 : Les Gueules du siècle (19997), Ces cabots qui nous gouvernent (2002), Ces cabots qui gouvernent le monde (2003), Télé Circus (2005), Les Cromagnons de la politique (2006), Tous au piquet ! (2012).

Laurent Gerra devient le scénariste de la célèbre bande dessinée en 2004, trois ans après la mort de Morris, le créateur du célèbre cow-boy Lucky Luke, mais le dessin est toujours signé Achdé. L’imitateur est d’abord réservé, mais la réunion d’équipe le rassure. Il s’est senti en sécurité en partie grâce à son amitié avec Achdé. Malgré le fait qu’il n’ait contracté que pour un seul support, il compte bien continuer à travailler avec eux sur les prochaines éditions. Ainsi, le titre du premier livre est La Belle Province, qui fait référence à l’aventure qui se déroule au Québec. Nous considérons que Jolly Jumper est plus important, tandis que les Dalton garderont leur secret : ils seront gardés sous clé. La décision de Laurent Gerra de travailler au Québec est motivée par son désir d’intégrer des expressions régionales ainsi que par son attachement à la province.

Vie privée

Laurent Gerra est le filleul de Mick Micheyl, un chanteur. Il a été en couple avec Virginie Lemoine de 1991 à 1997. Il a été en couple avec l’actrice Mathilde Seigner de 1998 à 2001. Lors d’un spectacle, il lui a dédié la parodie de Francis Cabrel “ma cabane au fond de la cour”, ajoutant qu’elle est dans les coulisses et poète.

Il partage sa vie avec la chanteuse québécoise Linda Lemay depuis 2001. En 2012, il a refait sa vie avec Christelle Bardet (née en 1975), une journaliste rhônalpine. Elle est aujourd’hui chargée des relations publiques de la société de Laurent Gerra, Elgé Production, où elle a fondé le magazine Le Féminin.

Célestine, un nouveau-né de sexe féminin, verra le jour dans le couple le 24 août 2020. Il est un grand fan de littérature classique et de films du passé.

Critiques

Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a publié un rapport sur le sexisme en France le 19 janvier 2019. Laurent Gerra, selon l’article, est un humoriste qui utilise des ressorts misogynes. Selon l’article, “Laurent Gerra et Nicolas Canteloup, notamment, fondent leur humour sur la sexualisation des dames qu’ils parodient dans leurs émissions radiophoniques matinales”. En outre, “lorsqu’il s’agit d’incarner des femmes puissantes, elles ne sont jamais interrogées sur des questions politiques : La Theresa May de Laurent Gerra se met à chanter une chanson de Christophe Mae et ne répond à aucune enquête politique.” “Laurent Gerra imite Thierry Ardisson qui demande à l’ancien Premier ministre Édouard Balladur “Si vos gardes du corps vous font de la lèche, est-ce qu’ils vous font aussi de la lèche ?” selon l’histoire “…”.

Laurent Gerra est défendu par la journaliste Alba Ventura dans un éditorial de RTL, qui affirme qu’il “n’est pas sexiste, il est hilarant.” Elle invite le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes à “se détendre un peu “.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.