Jean-Jacques Goldman – Biographie

Jean-Jacques Goldman est un auteur-compositeur-interprète, producteur et guitariste solo français, spécialisé dans la variété et le pop rock. Il est né dans le 19e arrondissement de Paris le 11 octobre 1951.

Biographie de Jean-Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman est né dans le 19e arrondissement de Paris, troisième des quatre enfants d’une famille de quatre personnes. Sa mère, Ruth Ambrunn (1922-2008), est une juive allemande et son père, Alter Mojsze Goldman (1909-1988), est un juif polonais né à Lublin (Pologne). Il était communiste et a participé à la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Robert, son frère cadet, est un auteur-compositeur qui se fait appeler J. Kapler, et sa sœur Évelyne, née en 1950, est médecin.

Il a également eu un demi-frère, Pierre Goldman, militant d’extrême gauche qui a bénéficié du soutien de grandes figures telles que Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Simone Signoret, et qui a été l’auteur de trois braquages pour lesquels il a été condamné à douze ans de prison ; condamné à la prison à vie en 1974 pour l’affaire de la pharmacie du boulevard Richard-Lenoir, et acquitté en 1976 pour les mêmes faits, l’Honneur de la Police, une mystérieuse organisation clandestine d’extrême droite, revendiqua le crime, qui est resté non élucidé à ce jour.

Il a eu une éducation plutôt agréable mais solitaire alors que ses parents tenaient un magasin d’articles de sport à Montrouge, jusqu’à ce qu’il s’ouvre aux autres dans un groupe parisien des Éclaireuses de France, une association laïque de scouts français, qu’il a fréquenté pendant dix ans. Il prend des cours de piano et de violon de 1958 à 1968, mais se passionne surtout pour la guitare, qu’il découvre près du foyer des scouts. Par la suite, Jean-Jacques Goldman utilise principalement des guitares Gibson SG.

Il obtient son baccalauréat D avec mention très bien en 1969, malgré des études médiocres au collège du Haut-Mesnil à Montrouge puis, à partir de 1966, au lycée François-Villon à Paris. Il s’inscrit à l’EDHEC en 1970 après avoir suivi des programmes préparatoires en économie et commerce. Il obtient son diplôme en 1973. En même temps, il s’inscrit dans un programme de deux ans en sociologie. Il a pu étudier à l’Université de Paris avec son frère Robert, qui était diplômé de l’université. Il crée l’entreprise de production JRG10 avec son frère Robert, qui deviendra plus tard son manager.

Jean-Jacques Goldman a épousé Catherine Morlet le 7 juillet 1975, et ils ont trois enfants : Caroline (1975), Michael (1979) et Nina (1980). (1985). Caroline, comme sa mère, est devenue psychologue pour enfants ; Michael Goldman est cofondateur et président du label My Major Company depuis 2007, et Nina est pédiatre.

Il s’est marié en octobre 2001 avec une fan, Nathalie Thu Huong-Lagier, née en 1979, franco-vietnamienne, et alors étudiante en mathématiques. En 2003, elle a obtenu son agrégation de mathématiques, et en juin 2007, elle a obtenu son doctorat en mathématiques pures. Maya (2004), Kimi (2005) et Rose (2007) sont leurs trois filles (2007). Nathalie est originaire de Marseille, il a donc déménagé avec elle dans un appartement à Plan-de-Cuques, puis dans une propriété à Roucas-Blanc, un quartier cher de Marseille, en 2011.

Il a déménagé dans une maison dans un quartier résidentiel de Londres “pour des raisons familiales” en octobre 2016. Depuis début 2021, il est de retour à Marseille avec sa famille.

Carrière de Jean-Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman est déterminé, contre vents et marées, à reprendre le magasin d’articles de sport de ses parents après son service militaire. De 1975 à 1980, il fait partie du groupe “Ta-Phong”, avec lequel il réalise quatre albums en anglais. Il s’essaye également au travail en solo et enregistre trois 45 tours, cette fois en français, mais ils restent inaudibles.

Jean-Jacques Goldman devient alors un artiste “à temps partiel” tout en continuant à travailler comme vendeur. Pour ne pas perturber son quotidien, il refuse même de partir en tournée avec le groupe. Jean-Jacques Goldman se consacre à ses activités artistiques, mais il est aussi un père de famille dévoué.

Le premier triomphe de Jean-Jacques Goldman survient après la dissolution de Ta-Phong en 1980, lorsqu’il compose des chansons pour une adolescente en vue d’un concours. Elle remporte le premier prix de divers concours et enregistre sa première chanson, qui est signée par Jean-Jacques Goldman. De nombreux éditeurs l’approchent rapidement, reconnaissant son potentiel de romancier. Marc Lumbroso, l’un d’entre eux, lui propose son premier contrat solo. En 1981, il sort son premier album éponyme, qui est un énorme succès. “Il suffira d’un signe”, le premier single, se vend à plus de 500 000 exemplaires.

Jean-Jacques Goldman devient l’idole des adolescents, admiré pour son authenticité et son naturel ; plus qu’une idole, il est le grand frère d’une génération de jeunes. Ses trois albums suivants seront de plus en plus plébiscités et toucheront un public de plus en plus large.

Figure bien connue de la scène musicale française, Jean-Jacques Goldman refuse pourtant de faire partie du star-system et ne suit pas les normes du “show-business”. Il garde sa vie privée et n’accorde que de rares interviews. Ses engagements médiatiques sont souvent liés à des causes humanitaires. Il a créé et enregistré “La chanson des restos”, l’hymne des Restos du Cur, à la demande de Coluche en 1985.

Jean-Jacques Goldman est nommé “Artiste masculin de l’année” aux Victoires de la Musique en 1986. En 1987, son cinquième album ” Entre gris clair et gris foncé “, dont est extrait ” Elle a fait un bébé tout seul “, est classé numéro un des albums pendant quatre mois.

Années 1990 – 2003

Au sommet de sa carrière, Jean-Jacques Goldman se sent obligé de changer de cap. En créant un trio avec Carole Fredericks et le guitariste Michael Jones, il revient à ses premières amours. Plusieurs albums naîtront de cette collaboration, dont “Rouge”, enregistré avec l’aide des chœurs de l’Armée rouge. Les plus grands succès du trio seront rassemblés sur un album intitulé ” Pluriel “, qui sera publié en 2000.

Jean-Jacques Goldman décide d’associer ses talents de compositeur et de producteur à ceux d’autres artistes en 1993, en écrivant “Il me dit que ja suis belle” pour Patricia Kaas, puis l’album “Acha” en 1996, qui lance la carrière française de Khaled. Enfin, il produit les disques “Lorada” de Johnny Hallyday et “Springfield” de Carole Fredericks. Il faut souligner son travail avec Céline Dion, pour laquelle il a écrit, enregistré et produit les albums “D’eux” et “S’il suffisait d’aimer”, qui ont connu un succès international.

En 1996, Jean-Jacques Goldman publie l’album “Singulier”, qui reprend tous les plus grands succès de sa carrière solo. En 1997, il sort un nouvel album, “En passant”, pour la plus grande joie de ses admirateurs, qui se vend à plus de 1 250 000 exemplaires. En 2001, Jean-Jacques Goldman sort son nouveau CD “Chansons pour les pieds”, une collection de musiques qui l’ont marqué tout au long de sa carrière : Rock, disco, musique celtique….

Carrière en Pause

Le CD “Un tour ensemble”, enregistré lors de la tournée 2002, sort en juin 2003. Après le premier titre de l’album, “Et l’on ne peut rien”, Jean-Jacques publie une toute nouvelle version d'”Envole-moi”, l’un de ses premiers succès, écrit en 1984.

Après une pause de dix ans, Jean-Jacques Goldman a fait un retour remarqué au sommet de la liste des personnes préférées des Français en août 2013, en sautant sur la première marche du podium.

Aide aux causes humanitaires

Jean-Jacques Goldman a longtemps consacré son talent à des causes humanitaires, notamment :

Sa participation au collectif Chanteurs sans frontières (sous la direction de Renaud) dans la chanson SOS Éthiopie, pour laquelle il a imposé à Renaud une modification de texte ; sa participation à l’association Les Restos du cœur, pour laquelle il a composé La chanson des Restos, devenant le principal animateur de l’association après le décès de Coluche ; sa participation au collectif ” Dernier matin d’Asie ” (collectif Sampan) en soutien au bateau. Pour l’album Les enfants de la Terre, il chante Petite Marie de Francis Cabrel avec Patrick Fiori et Jay en 1993.

En 1995, il fonde les “Vendanges du cœur ” avec l’aide des vignerons d’Ouveillan, petit village de l’Aude ; associant deux divinités mythiques, Apollon et Bacchus, ce geste de solidarité, organisé chaque été au profit des “Restos du cœur”, débute par un concert béni par Zeus. Goldman est également l’une des personnalités publiques qui participent aux actions annuelles des ” Restos du cœur “, en tant qu’initiateur (à la demande de Coluche) et l’un des organisateurs du concert et des disques produits sous le nom collectif des Enfoirés, qui connaissent chaque année un grand succès et génèrent 20% des revenus de l’association (en additionnant le concert et les ventes de CD/DVD)53. Il a été le parrain de l’association de 1986 à 1992, avant de passer le relais à Muriel Robin.

La chanson Encore un autre hiver des Enfoirés, coécrite par Goldman et Grégoire et composée par ce dernier, est sortie le 9 janvier 2012. Sur un fil, la première chanson du groupe, est sortie à l’été 2012 ; le groupe comprend les chanteurs Calogero, Stanislas, et Philippe Uminski, ainsi qu’Elsa Fourlon et Karen Brunon. Calogero et Stanislas ont composé le titre, et Jean-Jacques Goldman a écrit le texte.

Le 9 janvier 2015, les Enfoirés sortent Toute la vie, un nouveau titre écrit par Goldman. Début mars 2015, la chanson suscite un débat en France. Selon certains chroniqueurs, le clip et les paroles de la chanson contredisent les générations et donnent une image trompeuse des jeunes, ce qui confère à la chanson un ton “réactionnaire”. Surpris par les réactions défavorables, Goldman a répondu à la situation d’une manière inhabituelle. Néanmoins, l’atmosphère s’en trouve entachée, et la controverse révèle des dissensions latentes au sein du collectif en pleine expansion (un aspect qui suscite également des critiques, les détracteurs pointant du doigt l’inclusion d’acteurs ou de sportifs, ainsi que la présence de célébrités dont la carrière personnelle est en déclin, qui utiliseraient l’association caritative pour redorer leur image publique).

Jean-Jacques Goldman a quitté le concert des Enfoirés en 2016 après trente ans en tant que ” chef d’orchestre ” pour ” poursuivre d’autres aventures. ” Il se sent désormais “trop âgé pour continuer à incarner l’esprit des Enfoirés “, déclarant : ” Nous préparons la relève des Enfoirés depuis plusieurs éditions. ” (…) Les jeunes membres de l’équipe prennent de plus en plus l’initiative, et les jeunes artistes s’impliquent davantage. (…) A 65 ans et trente ans d’Enfoirés, je crois qu’il est temps pour moi de me retirer. Je n’ai plus l’imagination, les concepts, la modernité que nécessite un tel spectacle58. “

Il réintroduit l’air d’Il changeait la vie avec de nouvelles paroles le 23 mars 2020, en soutien au personnel qui travaillait encore pendant la pandémie de coronavirus. En novembre 2020, il fait don du violon électrique qu’il a utilisé lors de la tournée Un tour ensemble à une tombola organisée par Julien Doré en soutien aux victimes de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes.

Discographie

1981 : Jean Jacques Goldman
1982 : Jean Jacques Goldman
1984 : Positif
1985 : Non homologué
1986 : En public
1987 : Entre gris clair et gris foncé
1989 : Traces
1990 : Bande originale du film “L’union sacrée“
1990 : Frederick-Goldman-Jones
1991 : L’Intégrale 81 – 89
1992 : Sur scène
1993 : Rouge
1995 : Du New Morning au Zénith
1996 : Singulier
1999 : Bande originale du film “Astérix“
1997 : En passant
1999 : Tournée 98
2000 : Pluriel
2000 : L’Intégrale 90 – 00
2001 : Chansons pour les pieds
2003 : Un tour ensemble

1 réflexion sur “Jean-Jacques Goldman – Biographie”

  1. Ping : Soprano - Biographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.