Le Lido devrait bientôt fermer ses portes

PARIS – C’est la fin d’une époque pour le célèbre cabaret du Lido sur les Champs-Elysées à Paris.

En proie à des difficultés financières et à des changements d’époque, le nouveau propriétaire du lieu se débarrasse de la plupart du personnel du Lido et de ses spectacles de danse à grand spectacle et à grand glamour – qui datent de plusieurs décennies et ont inspiré des imitateurs de Las Vegas à Beyrouth – en faveur de revues musicales plus modestes.

Vêtues de noir, les danseuses ont organisé une manifestation samedi sur le large trottoir devant le Lido – puis ont exécuté un numéro de danse devant une foule enthousiaste, levant leurs longues jambes sur une chanson traditionnelle de cabaret.

Elles ont distribué des tracts aux passants de l’avenue des Champs-Élysées, qui se sont plaints du sort du Lido et ont chaleureusement applaudi le spectacle. Des danseuses du Moulin Rouge sont venues soutenir le personnel du Lido, et notamment sa troupe de danse historique, les Bluebell Girls.

La danseuse Hillary Van Moorleghem a qualifié la manifestation d’expression de la tristesse et de la déception de l’ensemble du personnel, et a décrit les spectacles de cabaret comme faisant partie du patrimoine culturel français.

“Je suis américaine et j’ai vraiment appris à connaître la culture française par la danse”, a-t-elle déclaré.

Avec ses cascades sur scène, sa patinoire et sa piscine, le Lido a commencé à séduire le public avant la Seconde Guerre mondiale et est devenu une institution de la vie nocturne parisienne. Il a attiré des artistes tels que Joséphine Baker, Marlene Dietrich, Elton John, Laurel et Hardy, ainsi que des spectateurs célèbres.

Jeremy Bauchet, assistant maître de ballet au club, a déploré ce qu’il craint être “la mort du cabaret en tant que lieu et genre à Paris”.

” Le Lido est le temple de la revue cabaret parisienne dans ce qu’elle a de plus élégant, de plus prestigieux, de plus divertissant. Une parenthèse enchantée dans un monde magique”, a-t-il déclaré à l’Associated Press.

Le géant français de l’hôtellerie Accor a récemment racheté le club et indique qu’il prévoit de licencier 157 des 184 employés permanents. Les artistes et les techniciens seront les plus touchés. Accor a déclaré vouloir se débarrasser des coûteux dîners-spectacles et revues car ils “n’attirent plus le public”. Le groupe vise à “redessiner” les spectacles, et prévoit des travaux de restauration du bâtiment.

“Le Lido gardera son nom, mais le cabaret perdra son âme. En raison de la fin de la revue et du licenciement de 85% du personnel, le Lido va devenir un lieu basique que les gens louent”, a déclaré Frank Lafitte, de l’Union nationale des activités artistiques.

Le Lido, aux côtés du Moulin Rouge, du Crazy Horse et du Paradis Latin, est l’un des derniers cabarets parisiens. Jusqu’à présent, il proposait deux spectacles par nuit, sept jours sur sept, avec des performances de danseurs, de chanteurs et des Bluebell Girls, une troupe fondée par la danseuse irlandaise Margaret Kelly en 1932. Mme Kelly, connue sous le nom de Miss Bluebell, a fait des tournées avec sa troupe dans le monde entier et a contribué à inspirer une franchise du Lido de Las Vegas.

Une pétition en ligne visant à sauver la revue Bluebell Girls a été signée par plus de 50 000 personnes.

“Lorsque le Lido a rouvert ses portes après la Seconde Guerre mondiale, les gens voulaient s’amuser. Les frères Clerico qui ont racheté l’endroit voulaient en faire un lieu haut de gamme. Ils ont inventé le concept de dîner-spectacle, qui a inspiré d’autres lieux”, a déclaré Sonia Rachline, auteur d’un livre sur le Lido.

“Les spectacles sont très français et parisiens, grâce à la sophistication des costumes et à la précision des mouvements de danse, mais il y a aussi cette folie américaine inspirée des comédies musicales”, ajoute Rachline.

Mais alors que le Moulin Rouge a bénéficié d’un regain d’intérêt après le film de Baz Luhrmann en 2001, le Lido a dû faire face à une baisse de fréquentation et à des difficultés économiques aggravées par la crise du COVID-19.

Pour certains, les spectacles semblent de plus en plus désuets. En 2015, le Lido a tenté de se réinventer avec une nouvelle revue réalisée par un metteur en scène du Cirque du Soleil, mais elle n’a pas eu le succès escompté.

Accor a déclaré que le cabaret a perdu 80 millions d’euros (85,6 millions de dollars) au cours de la dernière décennie. Les employés du Lido s’attendent à perdre leur emploi cet été.

Les personnes qui ont travaillé au Lido – des danseurs aux couturières, en passant par le personnel des loges et les techniciens des coulisses – ont un attachement inhabituel à ce lieu.

“Aucun autre lieu n’avait de chutes d’eau, de patinoire et de piscine”, a déclaré à l’AP Yves Valente, scénographe retraité du Lido. “Le Lido a des machines et des effets spéciaux exceptionnellement rapides”.

La manifestation de samedi était particulièrement poignante pour l’ancienne danseuse du Lido, Danielle Douhet Broussier, 68 ans, qui est venue rejoindre les jeunes danseurs qui se battent pour sauver leurs emplois.

Le Lido “est toute ma vie”, a-t-elle déclaré. “Les meilleurs jours de ma vie se sont déroulés là-bas”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.