Valérie Lemercier – Biographie

Valérie Lemercier est une actrice, réalisatrice, scénariste, humoriste et chanteuse française, née le 9 mars 1964 à Dieppe (Seine-Maritime).

Elle a reçu deux fois le César de la meilleure actrice dans un second rôle au cinéma : en 1994 pour Les Visiteurs et en 2007 pour Fauteuils d’orchestre. Elle a écrit et réalisé six comédies françaises, dont Quadrille (1997), Le Derrière (1999), Palais royal ! (2005), 100 % cachemire (2013), Marie-Francine (2017) et Aline (2017). (2021). Elle est également l’auteur et l’interprète de cinq one-woman-shows entre 1989 et 2015, pour lesquels elle a reçu trois Molières.

Biographie

Son père, Joseph Lemercier, est aussi le maire de la commune, et sa mère, Odile Prévost, travaille aux côtés de ses enfants dans les champs de pommes de terre, de lin, de betteraves et de céréales. Valérie Anne Marie Lemercier grandit à Gonzeville, en Seine-Maritime, avec ses trois sœurs avant de s’inscrire aux cours de Jean Chevrin au Conservatoire de Rouen.

Le 22 octobre 1982, elle se prête au jeu et pose des questions sur le pain aux participants de l’émission l’Académie des 9 de Jean-Pierre Foucault. C’est sa première apparition à la télévision.

En 1988, elle contacte Jean-Michel Ribes qui lui propose un poste dans la série M’as-tu-vu ? en tant que flic en civil. Lors d’une interview, elle affirme avoir fait partie du “fonds de troupe” à cette époque (jeunes acteurs inconnus qui jouaient des rôles secondaires). C’est à la suite de cette expérience qu’elle a connu ses premières réalisations, qui ont débouché sur la série Palace.

Elle fait ses débuts à la télévision dans la série comique Palace en 1988, où elle incarne “Lady Palace”, une protectrice du bon goût à l’humour malicieux. Milou en mai, réalisé par Louis Malle, est sa première apparition au cinéma la même année. Elle y incarne une femme d’une cinquantaine d’années, alors qu’elle n’avait que 23 ans au moment du tournage.

Elle se fait connaître au théâtre à la fin de la série, en 1989, dans Valérie Lemercier au Splendid, qu’elle reprend en 1990 au Palais-Royal. À la même époque, elle apparaît dans la mise en scène de Pierre Mondy d’Un fil à la patte de Georges Feydeau. En 1990, elle apparaît dans la comédie de Gérard Frot, Après-demain de Coutaz, qui tourne autour d’Anémone et Agnès Soral.

En 1991, elle joue un rôle plus important dans L’Opération Corned-Beef de Jean-Marie Poiré, dans lequel elle affronte le duo Jean Reno/Christian Clavier. Elle reçoit le Molière du one-man show pour son premier one-woman show la même année.

En 1992, elle joue dans la comédie Le Bal des casse-pieds d’Yves Robert, aux côtés de Miou-Miou et Jean Rochefort, ainsi que son premier rôle dans Sexes faibles de Serge Meynard ! François Cluzet est son partenaire. Cependant, deux seconds rôles seront déterminants pour la percer.

Elle retrouve l’équipe de l’Opération Corned Beef pour Les Visiteurs en 1993. Elle y campe Frénégonde de Pouille, Béatrice de Montmirail, devant la caméra de Jean-Marie Poiré, face à Clavier et Reno. Elle remporte le César du meilleur second rôle féminin pour sa performance spectaculaire.

L’année suivante, elle est au casting d’un autre futur film culte, La Cité de la peur d’Alain Berberian, avec Les Nuls. Elle affirme sa place d’actrice incontournable de la comédie française en évoluant aux côtés des percées comiques de la chaîne Canal +. Par ailleurs, elle est dirigée par Gérard Jugnot, un ex-Bronzé, pour son film Casque bleu la même année.

Dans la foulée, elle tient un petit rôle dans le film Sabrina de Sydney Pollack, avec Harrison Ford et Julia Ormond, en 1995. Elle remonte sur scène l’année suivante et présente son deuxième one-woman-show, Valérie Lemercier, au théâtre de Paris entre 1995 et 1996. Elle reçoit un deuxième Molière pour son one-man-show.

Quadrille, adaptation de la pièce éponyme de Sacha Guitry, est son premier film en tant que scénariste-réalisatrice, sorti en 1997. En 1999, elle passe à un projet original, Le Derrière, une satire de l’image de l’homosexualité dans la société française. Elle est accompagnée de deux comédiens de contrepoint, Claude Rich et Dieudonné, dans le rôle principal. Elle est nommée comédienne de l’année 1997 par les Victoires de la musique.

Le film est singulier et divisé, mais l’actrice est déjà retournée sur le plateau. Valérie Lemercier aux Folies Bergère, son troisième one-woman-show, est présenté entre 2000 et 2001, ce qui lui vaut un troisième Molière du spectacle solo en 2001. En 2002, elle obtient son premier rôle dramatique auprès de Claire Denis dans Vendredi soir, une histoire d’amour non partagé entre deux inconnus qui plaît à un large public.

En 2004, elle se contente de caméos dans des films très attendus comme RRRrrr !!!, le troisième film d’Alain Chabat, et Narco, avec Tristan Aurouet et Gilles Lellouche, tout en tournant son troisième long métrage en tant que scénariste/réalisatrice/actrice principale. En 2005, elle sort la comédie Palais royal !, une parodie de la monarchie qui connaît un succès critique et commercial.

En 2006, elle est à l’affiche de deux comédies quatre étoiles : la Parisienne Fauteuils d’orchestre, réalisée par Danièle Thompson, et la provinciale Le Héros de la famille, réalisée par Thierry Klifa et coécrite par Christopher Thompson. Ce premier long métrage lui vaut le César de la meilleure actrice dans un second rôle en 2007.

En 2006 et 2007, elle succède à Antoine de Caunes, Alain Chabat, Édouard Baer et Gad Elmaleh pour animer la cérémonie des César sur Canal+, qu’elle anime avec un humour noir. Elle rend également hommage à Gérard Oury en recréant une célèbre scène du film Les Aventures de Rabbi Jacob, dans laquelle Louis de Funès exécute une danse traditionnelle juive.

En 2007, elle reprend son rôle de bourgeoise disgraciée dans la comédie L’Invité de Laurent Bouhnik, d’après la pièce du même nom de David Pharao. Puis, en 2008, elle devient membre de l’immense ensemble de comédiens de Jean-Michel Ribes, Musée haut, musée bas. Enfin, elle est dirigée par Etienne Chatiliez pour le rôle d’Agathe Cléry dans le film Agathe Cléry. Elle y joue une femme blanche et pleine de préjugés qui se transforme en femme noire le lendemain. C’est un flop critique qui divise la population. La même année, elle présente son quatrième one-woman-show, Valérie Lemercier au Palace. Elle est lauréate du Globe de Cristal du meilleur one-woman show.

En 2009, elle connaît deux grands succès : elle reprend son rôle de bourgeoise dans sa mère ! de Gabriel Julien-Neuilly Laferrière, et elle incarne avec Kad Mérad un couple de parents à la mode des années 1960 dans le remake à gros budget du classique pour enfants Le Petit Nicolas de Laurent Tirard.

Elle récupère les trônes des Césars le 27 février 2010, aux côtés de Gad Elmaleh. En 2011, cependant, elle connaît deux flops : La comédie chorale Bienvenue à bord d’Éric Lavaine et Bienvenue à Monte-Carlo de Thomas Bezucha, dans lequel elle tient un rôle modeste.

Elle joue une éditrice dans la première réalisation de Frédéric Beigbeder, la comédie romantique L’amour dure trois ans ; elle est dirigée par Bruno Podalydès pour sa comédie Adieu Berthe ; elle revient au dessin animé en incarnant l’anglaise Miss Macintosh dans la comédie à gros budget Astérix et Obélix : au service de sa majesté de Laurent Tirard ; et enfin, elle revient dans le jeu dramatique en jouant le premier rôle féminin de la comédie dramatique Hand.

En 2013, elle subit un sérieux revers lorsque son quatrième film en tant que scénariste-réalisatrice, 100 % cachemire, déçoit les critiques et ne trouve pas de public. La suite de Laurent Tirard, Les Vacances du Petit Nicolas, sort sur les écrans en 2014. Sur les planches, elle apparaît dans Un temps de chien de Brigitte Buc, mis en scène par Jean Bouchaud au théâtre Montparnasse.

En 2015, elle interprète Valérie Lemercier, son cinquième one-woman performance, au Théâtre du Châtelet, avant son retour au cinéma en tant que scénariste-réalisatrice : Marie-Francine, sorti en 2017, voit son retour à des personnages bourgeois.

En 2018, elle reprend son rôle de Brigitte dans Neuilly sa mère, sa mère ! de Gabriel Julien-film Laferrière. La même année, elle commence à travailler sur son sixième long métrage en tant que scénariste-réalisatrice, provisoirement intitulé Dis-moi Céline, un biopic parodique de la vie de Céline Dion. La sortie du film était initialement prévue en octobre 2020 sous le nom d’Aline, mais en raison de la pandémie de Covid-19, elle a été repoussée à novembre 2021. Le film a néanmoins été choisi pour le Festival de Cannes 2021, où il a été présenté hors compétition.

Elle a rouvert le Palace à Paris le 5 novembre 2008, avec un nouveau spectacle solo. Elle apporte ses compétences d’illustratrice au dictionnaire Le Petit Larousse illustré en 2009. En 2011, elle est la seule célébrité invitée à défiler sur le podium du défilé Anti-Jeunisme de Jean-Paul Gaultier.

Vie privée

La compagne de Bertrand Burgalat, Valérie Lemercier, était musicienne. Bien qu’ils se soient séparés en 1997, ils sont restés des amis proches. Elle a entretenu une relation de sept ans avec l’avocat Hervé Temime. Elle a fait une apparition au bras de Mathias Kiss, un artiste et designer, en octobre 2015, lors du 95e anniversaire du magazine Vogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.